Ne jetez plus ces 29 kilos de nourriture [1/2]

C’est souvent la même histoire : vous souhaitez bien faire et consommer des produits frais, mais vous tardez à les manger. En à peine quelques jours, ils finissent par pourrir. Fruits, légumes, viandes, poissons…ils sont tous concernés.

Combien de fois cela vous est-il arrivé ? Et ce n’est pas qu’une question de bonne volonté. C’est simplement que certains aliments ne se conservent pas bien et sont vite gâchés. Résultat : en France, 10 millions de tonnes chaque année sont jetées aux ordures. Et à la maison, une personne gaspille en moyenne 29 kilos par an[1]. Rendez-vous compte : c’est l’équivalent d’un repas par semaine !

Alors comment faire pour éviter ce gaspillage inutile ?

Outre le fait de revoir les quantités d’aliments frais achetés, je vous conseille de vous tourner vers des alternatives surgelées ou en conserve. Cependant en termes de qualités gustatives et valeurs nutritionnelles, elles ne se valent pas toutes. Et même si elles sont des options pratiques et économiques, il convient de bien les sélectionner.

Transformez votre congélateur
en réserve d’or de Fort Knox

Il suffit de se balader au rayon surgelé de n’importe quel supermarché pour constater le nombre incroyable de produits alimentaires disponibles. Des fruits pour vos tartes, aux plats préparés à réchauffer quand vous n’avez pas le temps ou l’envie de cuisiner, aux légumes surgelés pour agrémenter un plat … C’est simple : vous pouvez élaborer tout un menu sans presque rien avoir à faire ! Mais attention, s’alimenter en mode « surgelé » ne doit pas se faire n’importe comment. Voici mes conseils pour éviter les pièges de ce rayon aux mille possibilités.

Produits bruts : l’option à privilégier

Votre meilleure alternative surgelée est d’opter pour les aliments bruts. Ils évitent bien du gaspillage et restent nutritionnellement très intéressants. J’attire tout de même votre attention sur deux points importants :

  1. Ils ne peuvent constituer vos seuls apports : se nourrir uniquement de légumes et fruits surgelés ne couvrira pas la totalité de vos besoins quotidiens en vitamines et minéraux [2].
  2. Ils doivent être garantis sans résidus de pesticides. D’après une enquête du magazine 60 millions de consommateurs, les fruits et légumes surgelés contiennent en moyenne plus de produits chimiques que ceux vendus frais ou en conserve[3]. La raison ? Cueillis à maturité, ils sont rapidement épluchés, lavés, blanchis puis surgelés. Ce procédé permet de conserver tous leurs nutriments, mais empêche aussi la dégradation de certaines molécules chimiques considérées comme des perturbateurs endocriniens.

La fausse bonne idée des plats cuisinés

Voilà encore une belle prouesse marketing : faire croire que des aliments transformés sont “sains”. Car derrière leurs appellations alléchantes se cachent exactement le type d’aliments dont vous devez vous méfier : galettes de légumes, poêlées méditerranéennes ou paysannes, purées de brocolis, ratatouille cuisinée, gratins de légumes verts …. AUCUN de ces produits n’ont un quelconque intérêt nutritionnel.

Ils donnent bonne conscience, mais en réalité ce sont juste des produits qui contiennent beaucoup d’additifs, des quantités de sel non négligeables, des matières grasses et des sucres ajoutés ainsi que des exhausteurs de goût. Certains sont même élaborés avec de l’huile de palme. Une aberration ! Et ce n’est pas le peu de vitamines et minéraux qu’ils contiennent qui peuvent changer la donne.

Alors, même s’ils sont très pratiques, ils doivent rester très occasionnels.

Lorsque vraiment vous ne pouvez pas faire autrement, choisissez « les moins pires », c’est-à-dire ceux dont la liste d’ingrédients est la plus courte possible. Et surtout, ne faites pas l’erreur de vous fier au nutri-score : il ne prend pas en compte le degré de transformation du produit [4].

Par contre, rien ne vous empêche de prévoir vos propres plats maison cuisinés.  C’est de loin votre meilleure option. Pour vous aider à prendre cette bonne habitude, il suffit de prévoir d’office une à deux portions supplémentaires lorsque vous cuisinez. Vous éviterez ainsi de gaspiller des produits frais et aurez des plats faits maison surgelés prêts à vous dépanner. 

Que valent vraiment vos viandes et poissons surgelés ?

L’avantage de la surgélation est que la qualité des produits issus des animaux est très bien préservée. Cependant, leurs goûts peuvent être altérés et ils ne se conservent pas indéfiniment congelés. Comptez en moyenne 18 mois pour une viande entière et seulement 12 pour une pièce hachée. Notez que plus votre viande ou poisson est gras, moins longtemps vous pourrez le stocker dans votre congélateur. Ainsi la durée de vie congelée de votre saumon, thon, maquereau ou encore sardines variera entre 09 et 24 mois.

Quel que soit le produit, privilégiez des pièces de qualité qui respectent le bien-être des animaux et les découpes brutes.

Congelé, ce n’est pas surgelé !

Attention à bien faire la différence entre ces deux techniques de conservation par le froid. 

Le principe de la congélation est d’abaisser la température afin que les liquides cristallisent permettant de ralentir l’activité microbienne et enzymatique. Elle s’effectue de manière lente (jusqu’à 24 heures) à des températures rarement inférieures à -25°C. C’est cette méthode que vous utilisez lorsque vous congelez vous-même vos aliments dans votre congélateur domestique. En principe, vous pouvez tout ou presque congeler. La seule limite est le risque de dégradation des tissus lors de la décongélation. Cependant, la congélation provoque l’éclatement des cellules des aliments. Ainsi, elle altère davantage la qualité de vos préparations. 

La surgélation est une technique précise utilisée par les industriels. Elle consiste à porter très rapidement les aliments à des températures négatives extrêmes (jusqu’à -196°C). Souvent elle s’opère en une seule fois, mais certains produits de la mer nécessitent une « double surgélation ». C’est grâce à la rapidité du processus qui va cristalliser les molécules d’eau dans les denrées que la qualité et les saveurs des aliments sont préservées. Il s’agit donc d’une technique plus qualitative pour préserver les nutriments. 

4 règles d’or à connaître

Si les surgelés peuvent sauver un repas de dernière minute, il faut tout de même veiller à prendre quelques précautions.

1 Ne recongelez jamais un produit décongelé

Le risque bactériologique de remettre au congélateur un aliment que vous venez de décongeler est bien trop élevé. Et cela est valable dès que le produit a commencé sa décongélation. En revanche si vous utilisez un aliment congelé et que vous cuisinez avec, vous pouvez sans problème congeler votre préparation. Le produit ayant cuit, il ne développera pas des bactéries nocives. Je vous suggère tout de même de vite consommer ce type de préparations. Pas plus d’un mois, au risque d’altérer sa texture et son goût et de perdre totalement ses valeurs nutritionnelles.

2 Respectez le temps de décongélation

Souvent, les surgelés viennent dépanner et sont utilisés directement sortis du congélateur. En réalité, il faudrait les retirer 24 heures à l’avance et les laisser décongeler au réfrigérateur. Je vous déconseille de les laisser à température ambiante ou de les mettre dans de l’eau. Cela augmente la prolifération microbienne. Pour une utilisation immédiate, vous pouvez toujours opter pour une décongélation à l’aide de votre micro-ondes.

3 Ne négligez pas la durée de congélation

Au congélateur, les produits perdent petit à petit leurs qualités organoleptiques (textures, saveurs) et leurs nutriments. Même si la plupart ne présentent pas un risque sanitaire, il est préférable de respecter la règle des 2 ans maximum.

Ainsi retenez les dates de durabilité suivantes [5]:

  • 9 à 10 mois pour les poissons gras.
  • 1 an pour les viandes hachées, charcuteries crues etc.…
  • 15 à 18 mois pour les glaces, sorbets et plats cuisinés.
  • 2 ans pour les fruits, légumes, produits de pommes de terre précuites, viennoiseries et pâtisseries cuites.

4 Pensez à dégivrer votre congélateur

C’est souvent la tâche ménagère qu’on repousse sans cesse : dégivrer son congélateur. Et si ce n’est pas pratique, mieux vaut essayer de le faire une fois par an. Cela permet non seulement de prévenir une surconsommation électrique (+ 30% avec une couche de givre épaisse de + 6mm), mais aussi d’optimiser la durée de vie de l’appareil.

Outre les surgelés, vous pouvez également consommer des produits en conserve. Dans ma prochaine lettre, je vous expliquerai justement :

  • Quelles sont celles qui sont intéressantes pour votre santé.
  • Les astuces pour mieux les sélectionner.
  • Comment bien les consommer.
  • Ainsi que les précautions à prendre lorsque vous réalisez vos conserves maison.

Bien à vous,

Eric Müller

P.S. : Saviez-vous que l’utilisation du froid pour conserver ses aliments remonte à la préhistoire ? À l’époque, la neige et la glace servaient à garder la fraîcheur des aliments. Ce n’est qu’au cours du 20ième siècle que la commercialisation des aliments surgelés a débuté.





Consulter les sources :

Sources : 

[1] Gaspillage alimentaire : un français jette en moyenne 29 kilos de nourriture par an, France Info

[2] Fruits et légumes : les surgelés parfois plus riches en vitamines que le frais, Lanutrition.fr

[3] Ces fruits et légumes surgelés qui contiennent plus de pesticides que leurs équivalents frais, Claudia Cohen, Le Figaro

[4] Nutriscore et ultra-transformation : deux dimensions différentes, complémentaires et non contradictoires. Université Sorbonne Paris Nord. Equipe de Recherche en Epidémiologie Nutritionnelle U1153 (Institut National de la Santé et de al la Recherche Médicale / Institut National de la Recherche Agronomique/CNAM/Université Sorbonne Paris Nord), Bobigny, France. Unité de Nutrition et Santé Publique, Dép. de Santé Publique, Hôpital Avicenne, Bobigny, France.

[5] Conservation par le Froid, Clara Lutin

Bibliographie : Je mange beaucoup de surgelés, Mégane Heudiard, diététicienne, nutritionniste.

Surgelés mode d’emploi ! Christelle Vogel – Bien acheter, Dr. Good.Crédits : SpeedKingz-Shutterstock.com


3.6 22 votes
Évaluation de l'article

Qu'avez-vous pensé de cet article ?

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments