Quand vos siestes favorisent l’hypertension et les AVC !

Quand vos siestes favorisent l’hypertension et les AVC !

Si vous avez l’habitude de faire une sieste, vous commettez une grave erreur !

Selon une étude de grande envergure, les personnes qui dorment en journée ont plus de risques de souffrir d’hypertension artérielle et de faire un accident vasculaire cérébral (AVC) [1] .

Des données étonnantes, puisque faire une sieste semble tellement anodin, qu’il est difficile de croire que cela nuit à notre santé.

Mais les scientifiques sont formels : lorsque vous ressentez le besoin de faire une sieste, cela signifie que vous avez un mauvais sommeil.

+ 20% de risques d’hypertension avant 60 ans

L’étude a utilisé les données de 360 000 participants.

Elle se base sur des informations fiables telles que les habitudes de sieste analysées par la UK Biobank, une grande base de données biomédicales, ainsi qu’un suivi des personnes durant 4 ans (analyses de sang, d’urine et de salive).

Les participants ont également fourni des témoignages sur leurs habitudes de sommeil et de sieste quatre fois au cours des quatre années d’étude.

Toutes ces données ont pu mettre en lumière que plus vous prenez l’habitude de faire des siestes, plus vous augmentez vos risques de maladies.

En moyenne, les participants qui faisaient la sieste régulièrement étaient 12 % plus susceptibles de souffrir d’hypertension artérielle au fil du temps [2] .

Ils augmentaient aussi de 24 % leurs risques de faire un AVC.

Les personnes de moins de 60 ans étaient davantage concernées par ce phénomène.

Une sieste quotidienne augmentait de 20% leurs risques d’hypertension par rapport à ceux qui n’en font pas [3] .

Et ces résultats se sont vérifiés après que les chercheurs aient exclu les personnes à haut risque d’hypertension, telles que celles atteintes de diabète de type 2, d’hypertension artérielle existante, d’hypercholestérolémie, de troubles du sommeil et qui travaillaient de nuit.

Les siestes sont des signes avant-coureurs de troubles du sommeil

L’étude met en avant un autre point important : le profil des personnes qui font des siestes.

Généralement, elles concernaient :

  • des fumeurs,
  • des consommateurs réguliers d’alcool,
  • des ronfleurs,
  • des personnes qui souffrent d’insomnies

 Aussi, elles se déclaraient comme être « des personnes du soir ».  

Beaucoup de ces facteurs ont un impact sur la qualité et la quantité de sommeil d’une personne.

Les chercheurs concluent alors qu’un mauvais sommeil provoque « une fatigue diurne excessive qui peut entraîner des siestes excessives pendant la journée. »

Ils considèrent alors qu’avoir besoin de dormir en journée est un signe avant-coureur d’un trouble du sommeil sous-jacent.

N’oublions pas que les troubles du sommeil sont liés à une augmentation du stress et des hormones de régulation du poids qui peuvent entraîner l’obésité, l’hypertension artérielle, le diabète de type 2.

Soit tous des facteurs de risque de maladies cardiaques.

Cependant, l’étude n’a collecté que la fréquence des siestes, pas leur durée, et s’est appuyée sur des auto-déclarations.

Il faut donc considérer ces informations en incluant d’autres analyses.

Aussi, les scientifiques de cette étude n’ont pas défini ce que devrait être une sieste.

Si vous allez dormir pendant une, voire deux heures, par exemple, ce n’est pas vraiment une sieste.

Une sieste efficace ne doit pas durer plus de 15 à 20 minutes.

Dans l’idéal, elle a lieu entre 12 h et 14 h.

Néanmoins, si vous souffrez d’insomnie chronique, il n’est tout de même pas conseillé de faire une sieste, même brève.

Cela peut d’ailleurs être l’une des causes qui vous empêche de dormir la nuit.

Car une sieste ne compensera jamais une bonne nuit de sommeil !

Bien à vous,

Eric Müller

Sources:

  1. Wang C, Bangdiwala SI, Rangarajan S, Lear SA, AlHabib KF, Mohan V, Teo K, Poirier P, Tse LA, Liu Z, et al.. Association of estimated sleep duration and naps with mortality and cardiovascular events: a study of 116 632 people from 21 countries.Eur Heart J. 2019; 40:1620–1629. doi: 10.1093/eurheartj/ehy695
  2. Cheungpasitporn W, Thongprayoon C, Srivali N, Vijayvargiya P, Andersen CA, Kittanamongkolchai W, Sathick IJ, Caples SM, Erickson SB. The effects of napping on the risk of hypertension: a systematic review and meta-analysis.J Evid Based Med. 2016; 9:205–212. doi: 10.1111/jebm.12211
  3. Roger VL, Go AS, Lloyd-Jones DM, Adams RJ, Berry JD, Brown TM, Carnethon MR, Dai S, de Simone G, Ford ES, et al.; American Heart Association Statistics Committee and Stroke Statistics Subcommittee.Heart disease and stroke statistics–2011 update: a report from the American Heart Association.Circulation. 2011; 123:e18–e209. doi: 10.1161/CIR.0b013e3182009701

Crédits : © Just dance-Shutterstock.com

 

1 2 votes
Évaluation de l'article
5 Commentaires
le plus récent
le plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
Jacqueline Landais
17 jours il y a

Comme nous lisons tout et son contraire ; voici un contraire.
Il y a peu d’années encore, il était plébiscité un peu partout qu’il était très bon pour la santé de dormir 15 à 30 min entre 13 et 14/15:00par jour. Même, des salles de siestes ont ouvert leurs portes dans nombre de grande ville de France, des salles aménagée pour petite sieste dans des grandes entreprises afin de destresser et permettre aux personnels de donner un meilleur rendement.
Avant ces installations,il n’était pas bien vu qu’une personne soit surprise assoupie ou dans un profond sommeil pendant sa coupure déjeuner. Les cancannages y allaient bon train.
Puis pour la reconnaissance d’un bon employé, les salles se sont multipliées. Il y en avait même dans les jardins publics. La municipalité amenageait un coin avec transats et parasols de mi printemps à mi septembre.
En cette nouvelle ère, pour la bonne santé de tout bons citoyens, il est recommandé d’éviter de faire ces siestes pour protéger sa bonne santé.

Vous remarquez que tout tourne autour de la santé.
En 1er, la personne avait (sous entendu) fait la fête tardivement ou qu’elle avait trop donnée d’elle durant la nuit passée.
En 2ème, il faut permettre que la personne travaille mieux (elle ne faisait pas assez bien ni assez en quantité).
En 3ème, garantir sa santé du coeur (burn-out!),
A t’elle le droit d’aller faire une bonne marche ou de faire l’enfilade des rues commerçantes!…
Merci pour votre nouvelle approche de la santé pour les citoyens.

Veronique
19 jours il y a

Je ne vois pas les siestes des personnes agées !
Elles ne méritent pas d’études, car elles « sortent » des prévisions commerciales ?

Maisso
19 jours il y a

Il faudrait definir ce qu’est une sieste.Pour moi la sieste ce n’est pas dormir, c’est un repos physique.Je la fais tous les jours et suis en forme aucun problèmes évoqués dans votre article.

Luzi
19 jours il y a

Un peu d’esprit critique plutot que de rabacher des résultats d’études de gens qui cherchent à publier coute que coute: pourquoi fait on la sieste? A cause d’un mauvais sommeil? Ou pas de sommeil du tout!!! Ainsi les gens qui travaillent la nuit font tès souvent la sieste…et ont une augmentation des risques cardio vasculaires, mais la sieste n’est pas la responsable; le travail de nuit oui!
Ne pas se tromper de cible…

Nana
19 jours il y a

C’est n’importe quoi ! Nos anciens faisaient tous la sieste et ils se portaient mieux que nous ! Quand à moi, je la fais tous les jours et c’est quand je ne la fais pas que je me sens mal !
Bonne sieste à tous !