Pas question d’attraper ce coronavirus

Tous les ans, c’est la même histoire. Vous ne savez pas vraiment comment ni pourquoi, mais vous vous retrouvez avec le nez qui coule, un état fiévreux, un mal de tête, une fatigue plus intense, un mal de gorge et les yeux qui pleurent…

Encore une fois, vous avez probablement rencontré un coronavirus. Non, il ne s’agit pas de celui dont tout le monde parle, mais celui du rhume. Car oui, il peut être causé par plus de 200 souches de virus dont 15% sont issus des coronavirus humains. Les plus courants étant les rhinovirus [1]

Et lorsqu’il vous a infecté, il peut mettre 3 semaines avant de s’en aller. Un parasite dont on aurait bien évité la visite !

Mais cette année, pas question de lui ouvrir votre foyer. Comment ? En suivant les bons réflexes pour renforcer vos défenses immunitaires. Et s’il s’invite malgré tout, soyez prêt à le chasser sans utiliser aucun médicament.

– 63% de risques d’attraper un rhume avec ce condiment présent dans votre cuisine

Le meilleur moyen pour éviter d’être enrhumé ne se trouve pas dans votre pharmacie, mais dans votre garde-manger où vous stockez tous vos aliments. Avec un peu de chance, vous aurez encore un peu d’ail. Car oui, il possède de nombreuses propriétés médicinales. Grâce à l’allicine qu’il contient, il est un puissant antibactérien et antifongique.

Selon une étude contrôlée par un placebo, consommer de l’ail diminuerait de 63% les risques de contracter un rhume. Quant aux symptômes, ils perduraient 1,5 jour avec l’ail, au lieu de 5 dans le groupe placebo [2]

Une autre étude américaine a découvert qu’une supplémentation d’ail peut améliorer la fonction des cellules immunitaires et réduire en partie la gravité des rhumes [3]

Ce n’est donc pas étonnant de retrouver l’ail parmi les ingrédients préférés des remèdes de grands-mères. Pour profiter de ses bienfaits, vous pouvez par exemple :

  • Le consommer cru dans vos préparations culinaires.
  • Le boire avec une cuillère de cannelle pour adoucir le goût. Pour cela, faites bouillir 250 ml d’eau puis ajoutez un bâton de cannelle et 2 gousses d’ail écrasées. Laissez infuser 20 minutes avant de déguster.

Augmentez vos chances d’éviter le rhume
avec l’échinacée

Vous en avez peut-être entendu parler avec la COVID-19, l’échinacée est un puissant antiviral qui lutte contre le virus de la grippe. Mais il est aussi capable de réduire de 10 à 20% le risque d’attraper un rhume [4].

Selon une méta-analyse de 14 études uniques, l’échinacée diminuerait même jusqu’à 58% la probabilité de développer le rhume et raccourcirait de 1,4 jour sa durée [5]. Cependant d’autres études contredisent ces chiffres. 

Ces données contradictoires sont dues à la qualité des produits qui contiennent de l’échinacée. Il faut donc les choisir avec attention. Je vous conseille d’opter pour un laboratoire bio qui propose des compléments à base d’échinacée pourpre (qui semble être la plus efficace en cas de rhume).

Vous pouvez la prendre sous forme de cure préventive au début de l’hiver. La posologie dépendra du produit que vous avez acheté.

Et si vous êtes infecté, vous pouvez boire des boissons chaudes à base d’échinacée. Faites-le dès l’apparition des premiers symptômes. Vous avez le choix de faire :

  • Une infusion : laissez infuser 1 g de racines ou de parties aériennes séchées dans 1 tasse d’eau bouillante. Buvez-en au moins 4 tasses par jour.
  • Une décoction : laissez bouillir 1 g de racines d’échinacée durant 5 à 10 minutes. Laissez un peu refroidir, puis savourez. Ne dépassez pas 3 tasses par jour.

Attention : il existe quelques contre-indications. L’échinacée n’est pas conseillée si vous prenez des immunosuppresseurs, souffrez de maladies auto-immunes, d’eczéma ou encore si vous êtes sous anticoagulants. Elle ne convient pas non plus aux femmes enceintes ou qui allaitent. N’hésitez pas à demander conseil à votre médecin avant de l’utiliser.  

Défenses immunitaires : 
il n’y a pas que la vitamine D et C

Vous le savez, aider son immunité c’est la clé pour rester en bonne santé. Surveiller ses apports et se supplémenter en vitamine C et D est donc une excellente chose. Cependant, il ne faut pas négliger les autres vitamines ou oligo-éléments. C’est le cas du zinc [6].

Plusieurs études démontrent qu’un déficit en zinc induit une diminution de la réponse immunitaire et entraîne des difficultés à combattre les infections [7].

Pour optimiser vos apports, mangez des huîtres et des protéines animales (bœuf, fromage). Si vous êtes végétariens, les sources végétales sont moins riches, mais vous en trouverez dans les légumineuses (en particulier les lentilles), le germe de blé et le cacao pur.

Vous pouvez aussi opter pour une supplémentation. Mon conseil est de les prendre sous forme de pastilles (de 80 à 207 mg). Cela vous aidera à réduire la durée de votre rhume [8].

Faites confiance à ce médecin volant

L’apithérapie (la médecine par les abeilles) est très efficace afin de diminuer les effets des infections, notamment des voies respiratoires supérieures. La prise de propolis par exemple aide à diminuer la durée de la maladie virale. Elle s’avère donc très utile pour combattre les virus et réduire leur nocivité [11].

L’avantage de la propolis est que vous en trouvez sous plein de formes différentes (à mâcher, en gélules, en spray, en sirops, en gommes ou en solution à boire).

Le miel pourra aussi vous apaiser en cas de gorge irritée. Surtout si vous le consommez dans une boisson chaude avec du citron et du thym. Ces 3 ingrédients combinés transforment votre simple infusion en véritable breuvage antiseptique et antiviral. Pour qu’il agisse efficacement, laissez infuser au moins 10 minutes avant de déguster [12].

Nez bouché : sniffez plutôt des huiles essentielles

Plutôt que de prendre un cachet « anti-rhume », optez pour les huiles essentielles.

Je vous propose un mélange qui permet de désactiver 96% des particules virales en 5 minutes [13].

Dans un flacon neutre mélangez :

  • 40 gouttes d’Eucalyptus radiata (eucalyptus radié),
  • 20 gouttes de Lavandula angustifolia (lavande vraie),
  • 30 gouttes de Melaleuca quinquenervia cineolifera (niaouli),
  • Et 15 ml d’huile d’amande douce.

Puis instillez une goutte de ce mélange dans chaque narine 3 fois par jour.

Vous pouvez aussi réaliser des lavages nasaux salins. Afin d’éviter des produits chimiques, le plus simple reste d’utiliser un lota. Il s’agit d’un petit appareil servant à verser de l’eau dans le nez. Mélangez du sel dans de l’eau chaude et faites couler l’eau salée d’une narine à l’autre. Vous verrez, c’est hyper efficace !

Surtout, ne faites pas la même erreur
que la plupart des Français

Qui n’a jamais pris un comprimé pour soulager un écoulement nasal ou un mal de gorge ? Une erreur classique qui vous concerne peut-être. Je vous comprends, c’est tellement désagréable de se réveiller la gorge asséchée et douloureuse ou encore de se moucher toutes les 5 minutes. Mais à chaque fois que vous prenez un comprimé anti-rhume, vous mettez potentiellement votre santé en danger [14].

C’est ce qu’affirme le rapport des Académies nationales de médecine et de pharmacie publié le 22 octobre 2020.

Selon leur analyse, ces médicaments pris généralement en automédication n’ont pas fait preuve d’une réelle efficacité. Ils induiraient au contraire des effets indésirables potentiellement graves :

  • Résistance antibiotique,
  • Infarctus,
  • Accident vasculaire cérébral.

Selon ce même rapport, ces médicaments devraient être interdits à la vente. Le ratio bénéfices/risques est peu favorable et la corticothérapie orale ou locale n’est absolument pas justifiée.

Ceci est un véritable problème de santé publique sur lequel je reviendrai dans un prochain article.

Bien à vous,

Eric Müller





Consulter les sources :

 

Sources : 

  1. Rhume, Rhinovirus, Dr Sophie Vallet, SFM microbiologie.
  2. Preventing the common cold with a garlic supplement: a double-blind, placebo-controlled survey, P Josling, Pub Med.
  3. Supplementation with aged garlic extract improves both NK and γδ-T cell function and reduces the severity of cold and flu symptoms: a randomized, double-blind, placebo-controlled nutrition intervention, Pub Med.
  4. Evaluation of echinacea for treatment of the common cold, Pharmacotherapy, 2000, Pub Med.
  5. Evaluation of echinacea for the prevention and treatment of the common cold: a meta-analysis, Lancet Infect Dis, 2007, Pub Med.
  6. Immune-enhancing role of vitamin C and zinc and effect on clinical conditions, Ann Nutr Metab, 2006, Pub Med.
  7. Singh M, Das RR. Zinc for the common cold.2011, Issue 2. Art. No.: CD001364. DOI: 10.1002/14651858.CD001364.pub3.
  8. Rhume, grippe, et covid-19, trois virus différents, un seul combat, Révélations Santé Bien-être, Dr Jean-Marc Robin.
  9. Antibiotic Use in Neonatal Intensive Care Units and Adherence with Centers for Disease Control and Prevention 12 Step Campaign to Prevent Antimicrobial Resistance, HHS, Pediatr. Infect Dis J 2009.
  10. Alimentation et microbiote intestinal, Gut microbiota for Health, ESNM.
  11. Biological Properties and Therapeutic Applications of Propolis, Phytother Res, 2016, Pub Med.
  12. Les recettes de grand-mère pour soigner sa gorge, Allodocteurs.
  13. Rhume, grippe, et covid-19, trois virus différents, un seul combat, Révélations Santé Bien-être, Dr Jean-Marc Robin.
  14. Les prescriptions médicamenteuses dans le rhume de l’adulte d’origine virale, Académie nationale de médecine, 22/10/2020.

Crédits : © linavita-Shutterstock.com, © fizkes – Shutterstock.com


5 1 voter
Évaluation de l'article

Qu'avez-vous pensé de cet article ?

3 Commentaires
le plus récent
le plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
PAUL
3 mois il y a

Il ne serait pas superflu de rappeler que le miel perd ses vertus au-delà de 40°!

Couderc
3 mois il y a

Fort instructif.
Quel type de zinc recommandez-vous : posologie, marque ?
Merci
Marie-Annick Couderc

xiaotuzi
3 mois il y a

merci pour ces excellent conseils. pour les rhumes (je n’en ai jamais ni grippe) il est préférable de ne pas se moucher mais plutôt d’essuyer son nez ou de renifler si on est seule. se moucher irrite les fosses nasales et ralentit la guérison. Xiaotuzi Lapinouse