Oméga-7, un acide gras vital pour votre cœur

Oméga-7, un acide gras vital pour votre cœur

À l’heure où tout le monde vous rappelle l’importance des oméga-3 et des oméga-6, j’aimerais vous parler du Paul Gauguin des acides gras.

Mis de côté, vivant dans l’anonymat le plus complet, je vous présente les oméga-7.

Ils n’ont pourtant rien à jalouser des autres membres de leur famille. Il suffit de regarder leurs spectres d’action pour vite se rendre compte à quel point ils sont indispensables à notre organisme. En effet les oméga 7 [1] :  

  • préservent le cœur,
  • participent à la cicatrisation,
  • traitent un déséquilibre du cholestérol ;
  • régulent une pression artérielle trop élevée,
  • diminuent la résistance à l’insuline…

Ces acides gras mono-insaturés auraient également un puissant effet anti-inflammatoire [2].

Cela fait des décennies qu’ils vivent dans l’ombre, alors que plusieurs études ont démontré leurs incroyables effets sur le diabète [3] !

Il est grand temps de leur donner tout le panache qu’ils méritent.

Quand les oméga-7 se révèlent être des agents

anti-crise cardiaque

Si peu les connaissent, c’est qu’ils agissent dans l’ombre. Un peu comme des agents secrets, qui sont entraînés à faire face à toute éventualité. Mais dont on entend parler qu’en cas d’attaque exceptionnelle.

Cette découverte a été faite par des scientifiques de la Cleveland Clinic qui souhaitaient comprendre quel impact ont les oméga-7 sur les maladies cardiovasculaires.

Ils ont donc décidé de faire une étude en double-aveugle.

Les patients ont été divisés en deux groupes :

  • Un premier groupe supplémenté quotidiennement avec des capsules de 220 mg d’acide palmitoléique. Il s’agit de l’acide gras oméga-7 le plus courant.
  • Un groupe témoin qui a reçu un placebo.

Après un mois d’observation, les scientifiques ont remarqué trois améliorations notables chez les personnes ayant reçu tous les jours une supplémentation en oméga-7. Ils ont notamment constaté :

  • Une baisse de 15 % des triglycérides, un marqueur de notre santé cardiaque.
  • Une diminution de 8 % du LDL cholestérol. Ce qui n’est pas rien, sachant qu’une accumulation de cholestérol LDL réduit la circulation sanguine et peut augmenter le risque de crise cardiaque ou d’accident vasculaire cérébral.
  • Une réduction de 44 % du taux des protéines C-réactives, un autre marqueur de l’inflammation qui, lorsque sa concentration est élevée, augmente le risque de maladie coronarienne et d’AVC [4].

Si cela peut paraître anodin, c’est en réalité exceptionnel. L’observation réalisée ici démontre à quel point les oméga-7 ont la capacité d’agir de manière globale sur notre organisme. Ils sont non seulement importants pour notre santé cardiaque, mais ont aussi un champ d’action plus large qui englobe tout ce qui est généralement associé à un dysfonctionnement du métabolisme.

Peuvent-ils mettre ko les injections d’insulines ?

Vous l’avez compris, les oméga-7 méritent d’être considérés à leur juste valeur.

D’ailleurs certains scientifiques déplorent qu’ils ne soient pas mis en avant pour lutter contre le diabète.

Plusieurs études ont démontré sur des souris et des moutons qu’ils étaient capables d’améliorer nettement l’état diabétique après 30 jours de supplémentation [5]. Non seulement, ils réduisent la prise de poids, mais régulent aussi la glycémie et diminuent la résistance à l’insuline.

Mieux encore, une publication parue dans la très sérieuse revue Annals of Internal Medicine arrive à des résultats encore plus impressionnants. Mais cette fois-ci chez l’être humain !

L’étude portait sur 3 736 personnes. Et parmi celles qui avaient un taux élevé d’oméga-7, toutes présentaient [6] :

  • Une diminution de la résistance à l’insuline de 16,7 %.
  • Une réduction du risque de diabète de type 2 de 28 %.
  • Moins de graisse dans les tissus cellulaires.

Et ce n’est pas tout ! 

Une étude brésilienne datant de 2014, confirme ses résultats, mais montre encore que les oméga-7 atténuent l’inflammation du foie et les dommages causés par un régime trop gras [7].

Où trouver vos agents protecteurs ?

Le grand défaut des oméga-7 c’est qu’ils sont assez rares dans notre alimentation. Contrairement aux oméga-3, il existe peu d’aliments qui en contiennent.

Sa principale source est le fruit de l’argousier. Il s’agit d’un arbuste épineux aux baies orange-rouge. Il pousse très bien dans les Alpes du Sud. D’ailleurs, dans certaines régions, les préparations à base d’argousiers sont considérées comme des produits du terroir.

Étant de plus en plus populaire, je vous invite à faire un tour au rayon des confitures, gelées, jus et même sorbets.

Vous pouvez aussi opter pour une supplémentation. De plus en plus de laboratoires sérieux s’intéressent aux oméga-7 et proposent des compléments de qualités : huile d’argousier, ou des oméga-7 purs.

Vous en trouverez aussi dans les noix de macadamia et l’huile d’avocat.

Quelle que soit la solution pour laquelle vous optez, retenez bien leur nom car les oméga-7 sont loin d’avoir montré tout ce dont ils sont capables.

Bien à vous,

Eric Müller

Sources:

Sources :

[1] Bernstein AM, Roizen MF, Martinez L. Purified palmitoleic acid for the reduction of high-sensitivity C-reactive protein and serum lipids: a double-blinded, randomized, placebo controlled study. J Clin Lipidol. 2014;8(6):612-7 accumulation in KK-Ay Mice with genetic type 2 diabetes, Lipids Health Dis. 2011; 10: 120

[2] Les atouts santé du néflier du Japon, Docteur Mounir Belkouck, La Nutrition.fr

[3] Zhi-Hong Yang, Hiroko Miyahara and Akimasa Hatanaka, Chronic administration of palmitoleic acid reduces insulin resistance and hepatic lipid

[4]  Bernstein AM, Roizen MF, Martinez L. Purified palmitoleic acid for the reduction of high-sensitivity C-reactive protein and serum lipids: a double-blinded, randomized, placebo controlled study. J Clin Lipidol. 2014;8(6):612-7.

[5] Zhi-Hong Yang, Hiroko Miyahara and Akimasa Hatanaka, Chronic administration of palmitoleic acid reduces insulin resistance and hepatic lipid accumulation in KK-Ay Mice with genetic type 2 diabetes, Lipids Health Dis. 2011; 10: 120.

[6] . Dariush Mozaffarian, Haiming Cao, Irena B. King, Rozenn N. Lemaitre, Xiaoling Song, David S. Siscovick, and Gökhan S. Hotamisligil, Trans-Palmitoleic Acid, Metabolic Risk Factors, and New-Onset Diabetes in US Adults, Ann Intern Med. Author manuscript; available in PMC 2011 Dec 21.

[7] Camila O. Souza, Alexandre A. S. Teixeira, Edson A. Lima, Helena A. P. Batatinha, Lara M. Gomes, Milena Carvalho-Silva, Isabella T. Mota, Emilio L. Streck, Sandro M. Hirabara and José C. Rosa Neto, Palmitoleic Acid (N-7) Attenuates the Immunometabolic Disturbances Caused by a High-Fat Diet Independently of PPARα, Mediators Inflamm. 2014; 2014: 582197.

Crédits :  © Jirsak - Shutterstock.com, © Lipatova Maryna - Shutterstock.com  

4 33 votes
Évaluation de l'article
5 Commentaires
le plus récent
le plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
kamara
6 mois il y a

Très révélateurs

Astrid Hoh
6 mois il y a

Merci pour cet article bien commenté, mais faudrait indiquer chez quel
laboratoire sérieux en acheter. Merci

Laurence CORCESSIN
6 mois il y a

Bonjour
Merci beaucoup pour cette information. Pouvez vous nous indiquer la posologie. combien par jour combien de temps, préconisé pendant le repas ou pas, matin soir….?
Je vous remercie pour votre réponse.
Laurence

Denise Therrien
6 mois il y a

Cet article est vraiment intéressant et bien expliqué pour que tout le monde comprenne l’importance de l’Omega 7. J’espère juste que nous pourrons nous en procurer prochainement par la suite. Merci

courgey
6 mois il y a

excellent article,clair et bien documenté.