Ne confondez plus les châtaignes avec les marrons

La saison des châtaignes est ouverte, et il serait dommage de s’en priver. Mais leur consommation pourrait vous être fatale.

Non pas parce que vous les auriez mal cuisinées, mais tout simplement confondues avec …des marrons d’Inde.

Leur ressemblance est tellement trompeuse qu’ils sont la deuxième cause d’empoisonnement grave parmi les plantes les plus fréquemment ramassées [1]. 

Car l’un d’eux est un délicieux fruit d’automne, l’autre est un poison toxique et dangereux pour votre santé [2].

Saurez-vous les différencier ?

Que risquez-vous en cas d’intoxication ?

Les marrons d’Inde font partie des champions de l’empoisonnement. 

À cause d’eux, 130 personnes mettent leur santé en danger chaque année [1]

À faible dose, vous risquez surtout de souffrir de troubles digestifs, de douleurs abdominales, de nausées, de vomissements et d’irritations [1]

Et en cas d’intoxication massive, des troubles nerveux (dépression, paralysie, convulsions) ont été observés chez les hamsters [3]. Mais ce degré d’intoxication reste assez rare chez les humains.

Quant à la dose mortelle, elle n’est pas clairement établie et dépend de plusieurs facteurs comme votre poids ou encore le volume ingéré [1].

Quand les châtaignes se prennent pour des marrons

Il existe plusieurs raisons à cette confusion courante.

La première est que les châtaignes sont souvent désignées à tort comme des marrons. Que ça soit par les vendeurs dans la rue qui crient « ils sont chauds mes marrons ! », ou encore sur les produits industriels qui indiquent « marrons glacés », « crème ou purée de marrons ».
Tous commettent la même erreur.

Car non, les marrons ne sont pas comestibles !

En réalité, dans ces cas précis, le terme « marron » désigne une châtaigne de gros calibre. Et le fruit que vous consommez chaque automne est issu du châtaignier et non du marronnier.

Autre raison : leur ressemblance frappante. Un peu comme la clémentine et la mandarine, d’apparence identique (à quelques détails près).

Les détails qui vous permettent de ne plus les confondre

Lorsque vous observez une châtaigne et un marron, vous constatez qu’il est difficile de les distinguer. Leur forme, leur couleur et même leur taille sont très similaires.

Alors comment faire pour les distinguer lors de votre prochaine cueillette ?

Je vous conseille d’abord d’observer leur bogue (coque), qui elles, ne se ressemblent pas du tout. 

Celle du marron d’Inde est épaisse, verte et parsemée de gros pics espacés.  Généralement, une bogue contient uniquement un seul marron. 

Celle de la châtaigne ressemble en revanche à un petit oursin. Elle est brune et hérissée de nombreux piquants. Elle peut également contenir entre 2 à 3 fruits par coque. 

Et lorsque j’ai un doute, je regarde attentivement la forme de ces deux fruits. Le marron d’Inde est généralement assez rond. Alors que la châtaigne à un côté plat avec une petite torche (une petite queue en pointe).

Ne vous privez pas de châtaignes pour autant

Les châtaignes méritent de se piquer les doigts pour les ouvrir, car sous leur carapace piquante se trouve un véritable trésor de santé.

1. Elles sont une excellente source en vitamine C

Les châtaignes offrent une grande quantité de vitamine C. 100 grammes apportent presque la moitié des apports quotidiens recommandés (43 %) [4]. Elles sont donc excellentes pour aider votre système immunitaire à combattre les infections.

 2. Elles sont les reines des polyphénols

Avec plus de 1 215 mg pour 100 grammes, les châtaignes contiennent des puissants antioxydants qui luttent contre le vieillissement cellulaire [5]. De plus, les polyphénols auraient des effets préventifs contre certaines formes de cancer et maladies neurodégénératives [6].

3. Elles possèdent un minéral précieux pour votre cerveau

Les châtaignes participent également au bon fonctionnement de votre système nerveux central [7]. Car elles sont très riches en cuivre, un minéral essentiel à de nombreuses enzymes et à la production d’énergie.

4. Elles préviennent les maladies gastro-intestinales

Ces fruits possèdent des glucides intéressants puisqu’ils proviennent majoritairement des fibres. Les châtaignes aident à ralentir les pics de glycémie après avoir mangé [8]. Elles favorisent aussi la prolifération des “bonnes” bactéries dans votre microbiote et maintiennent ainsi votre santé gastro-intestinale.

5. Elles régulent l’homocystéine

En raison de leurs fortes concentrations en vitamine B6 et B12, les châtaignes aident à réguler l’homocystéine. Il s’agit d’un acide aminé réputé pour causer un grand nombre de problèmes de santé comme l’hypertension ou encore les infarctus du myocarde. Et lorsqu’elle est en excès, elle peut même provoquer la démence ou la maladie d’Alzheimer [9]. 

Leurs propriétés nutritionnelles ne s’arrêtent pas là, car elles sont aussi riches en phosphore, en manganèse, en amidon « résistant » ou encore en fer. 

Bien à vous, 

Eric Müller

P.S. Comment cuisiner les châtaignes ramassées dans la forêt ? 

Les châtaignes peuvent se cuisiner de plein de façons différentes : à l’eau, au feu de bois, au four et même au micro-onde.

Mais si vous voulez garder toutes leurs vertus et leurs saveurs, je vous recommande d’opter pour une cuisson au four. 

Nettoyez-les et incisez-les avec un petit couteau. 

Faites-les cuire durant 25 minutes à 210°C.

Bonne dégustation !

*L’Anses : Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation de l’environnement et du travail.





Consulter les sources :

Sources :

  1. Confusion entre plantes comestibles et toxiques : gare aux ressemblances !, Toxicovigilance, L’Anses, Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation de l’environnement et du travail.
  2. La châtaigne : récolte, conservation et utilisation des châtaignes, Jardinage, Le Monde.
  3. Le marronnier, Centre antipoison, CAPA Ouest.
  4. Vitamin C, Fact Sheet for Health Professionals, National Institutes of Health.
  5. Showing all polyphenols found in Chestnut, raw, Phenol-Explorer.
  6. Improvements in Metabolic Health with Consumption of Ellagic Acid and Subsequent Conversion into Urolithins: Evidence and Mechanisms, Advances in Nutrition.
  7. Copper, Micronutrient Formation Center, Oregon State University.
  8. Postprandial glucose and insulin response to a high-fiber muffin top containing resistant starch type 4 in healthy adults: a double-blind, randomized, controlled trial, National Library of Medicine, PubMed.gov
  9. Dietary fiber intervention on gut microbiota composition in healthy adults: a systematic review and meta-analysis, Am J Clin Nutr, 2018, National Library of Medicine, PubMed.gov

2 réponses à “Ne confondez plus les châtaignes avec les marrons”

  1. leba Condon dit :

    Impossible de partager sur facebook

  2. FRANDJI dit :

    Bonjour,
    je viens vraiment d’apprendre qq chose que je ne savais pas du tout, merci pour votre savoir.
    Cependant pour les troubles veineux et hemorroides on trouve en pharmacie du marron d’inde?
    mais vous ditew qu’il peut etre toxique??
    merci pour votre reponde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *