Levure de riz rouge, la fausse bonne idée !

Levure de riz rouge, la fausse bonne idée !

La levure de riz rouge connaît un grand succès pour remplacer les médicaments contre le cholestérol.

Malheureusement, selon moi, elle présente toutes les caractéristiques de la fausse bonne idée.

Une statine comme une autre

Aujourd’hui, qui dit cholestérol dit bien souvent statines, ces médicaments qui permettent de baisser le niveau de cholestérol sanguin.

Or, si vous présentez des taux de cholestérol trop élevés, vous pourriez être tenté de vous tourner plutôt vers la levure de riz rouge, plus naturelle.

L’idée peut sembler être une bonne alternative, d’autant plus qu’elle est efficace.

Et pour cause, la levure de riz rouge n’est ni plus ni moins qu’une… statine elle aussi !

En effet, la levure rouge qui se développe sur le riz est un champignon microscopique, Monascus purpureus, riche en monacolines.

Or, les monacolines font partie de la famille des statines.

Bien que naturelle, la levure de riz rouge agit donc exactement de la même façon que les statines prescrites par votre médecin.

Elle inhibe la HMG-CoA réductase, une substance qui permet la synthèse du cholestérol endogène (celui que notre organisme produit de lui-même au niveau du foie).

Et elle peut, par conséquent, provoquer les mêmes effets indésirables que les médicaments anti-cholestérol, notamment :

  • Des troubles digestifs, tels que constipation, nausées, flatulences, diarrhées ou encore douleurs abdominales ;
  • Des maux de tête ;
  • De la fatigue ;
  • Des vertiges ;
  • Des crampes, des douleurs musculaires, une sensibilité ou une faiblesse musculaire (en particulier au niveau des bras ou des cuisses ; une consultation médicale s’impose alors car, dans certains cas, ces problèmes peuvent ne pas être anodins)1.

Chaque cas est particulier

Mon propos n’est pas dedire que les statines, qu’elles proviennent de la levure de riz rouge ou non, sont à bannir.

En cas de risques cardiovasculaires importants et si votre médecin vous dit que vous n’avez pas le choix, ne vous en détournez pas !

Cependant, beaucoup de personnes sont traitées avec des statines alors que leur hypercholestérolémie est faible.

C’est là que se situe l’erreur et parfois les abus de certains médecins qui s’empressent de mettre leurs patients sous statines.

Je m’appuie, entre autres, sur les propos du Pr Éric Bruckert, responsable de l’unité de prévention des maladies cardiovasculaires à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris2 :

« Pour les gens à très faible risque cardiovasculaire avec une augmentation modérée du taux de cholestérol, il n’y a pas besoin d’un traitement par statines. La diététique seule suffit généralement. Le bénéfice d’une statine est directement fonction du risque que l’on a de faire un accident vasculaire.»

En conséquence, ne paniquez pas si vous avez une cholestérolémie un peu supérieure à la limite.

D’autant, que le cholestérol est loin d’être le principal responsable des maladies cardiovasculaires.

Il existe bien d’autres facteurs tout aussi importants qui entrent en ligne de compte.

A ce sujet, je vous renvoie à mon précédent article.

Le policosanol, une alternative plus douce

Dans les années 1990, des chercheurs cubains ont découvert qu’une substance extraite de la canne à sucre pouvait réduire le taux de cholestérol sanguin.

Il s’agit du policosanol, qui est un assemblage de divers alcools gras, à longues chaînes de carbone.

On peut l’extraire de divers végétaux comme l’igname ou le son de riz, mais également de la cire d’abeille.

Depuis les premières recherches cubaines sur ses propriétés, le policosanol est reconnu comme un agent hypocholestérolémiant (c’est-à-dire qui diminue le taux de cholestérol sanguin) dans plus de vingt-cinq pays, principalement en Amérique latine et dans les Caraïbes.

Son mode d’action diffère un peu de celui des statines et présente encore des interrogations.

S’il agit sur la même enzyme : la HMG-CoA réductase, il n’inhibe pourtant pas complètement son activité mais en diminue simplement sa synthèse3 4.

Son action est donc plus lente, plus douce, et surtout sans effets secondaires.

Là où cela devient franchement intéressant, c’est que le policosanol semble prévenir les pathologies cardiovasculaires par divers mécanismes5 :

1. Il limiterait l’oxydation des lipoprotéines de faible densité (cholestérol LDL ou “mauvais cholestérol), qui favorise le dépôt de plaques d’athérosclérose dans les artères ;

2. Il augmenterait le taux de HDL-cholestérol (ou “bon cholestérol”), qui empêche la formation de plaques d’athérosclérose dans les artères ; un avantage que n’offrent pas les statines ;

3. Il diminuerait l’agrégation plaquettaire, qui finit par boucher les artères ;

4. Il aurait un effet vasodilatateur, qui facilite la circulation sanguine.

Vous pouvez facilement vous procurer des gélules dosées de policosanol sur internet et dans certaines parapharmacies.

Le dosage idéal serait de 10 à 25 mg par jour au cours des repas.

En parallèle, il est recommandé de se supplémenter aussi en coenzyme Q10 comme vous le feriez lors de la prise de statines.

Mais veillez à ne pas en faire usage en même temps que l’aspirine, tout autre antiplaquettaire ou fluidifiant sanguin.

Le mieux est de demander conseil à votre médecin.

La bergamote et lalécithine de soja sont là pour vous aider

D’autres plantes ont également fait l’objet d’études qui ont démontré leur efficacité en matière de prévention de l’hypercholestérolémie.

La bergamote (citrus bergamia risso) par exemple semble faire des merveilles, pour ce qui est de limiter le taux de cholestérol dans le sang.

Une étude6 menée sur 237 sujets, présentant un fort taux de cholestérol et supplémentés avec de l’extrait de bergamote pendant 30 jours, a mis en évidence :

  • Une diminution des concentrations sanguines de cholestérol total de l’ordre de 38%, du LDL (le “mauvais” cholestérol) à hauteur de 39%, mais aussi des triglycérides et du glucose par rapport au groupe placebo.
  • Une augmentation du HDL (le “bon” cholestérol) de 41 % par rapport au groupe placebo. Comparativement, les patients sous statines présentaient une augmentation de l’ordre de 5 à 15 % seulement de leur taux de cholestérol HDL.

Il a ainsi été mis en lumière que les composés actifs de la bergamote ont un effet au sein même de la synthèse du cholestérol endogène.

500 mg par jour d’extrait de bergamote semble représenter une posologie adaptée pour réguler son taux de cholestérol.

Vous pouvez facilement en trouver sous forme de complément alimentaire, notamment sur internet, par exemple à l’adresse : https://www.nutrixeal.fr/bergavea-extrait-standardise-de-bergamote-60-gelules-c6x16550441

Mais ce n’est pas tout !

La lécithine de soja, sous-produit de l’huile de soja, a aussi fait l’objet d’études attestant de son efficacité sur la baisse du taux de cholestérol7 8.

Les lécithines sont des substances huileuses qui se forment naturellement dans le soja, les arachides ou encore dans le jaune d’œuf.

Pour l’une des études, la prise d’une capsule de 500 mg de lécithine de soja par jour, pendant 1 à 6 mois, a conduit à une baisse du cholestérol total et du LDL chez les participants.

De plus, la lécithine favoriserait la solubilisation des corps gras dans le sang, notamment le cholestérol, empêchant ainsi les dépôts sur la paroi des artères.

Elle permet également une régulation naturelle des lipides sanguins et sa forte teneur en vitamine E en fait un bon antioxydant.

Attention néanmoins, une prise de plus de 350 mg/jour peut causer certains effets secondaires, comme une baisse significative de la pression artérielle.

Et il faut également veiller à ce que son origine soit bio pour éviter toute trace d’OGM et de pesticides.

Et vous ? Prenez-vous des statines ?

Avez-vous testé d’autres stratégies pour faire baisser votre cholestérol ? Vous pouvez me répondre en commentaires de cette lettre.

Naturellement vôtre.

Stéphane Morales pour Eric Müller

Sources:

[1] https://www.vidal.fr/parapharmacie/complements-alimentaires/levure-riz-rouge-monascus-purpureus.html
[2] https://sante.lefigaro.fr/actualite/2013/02/18/19887-cholesterol-quand-statines-font-bien
[3] Li Q, et al. Cholesterol ester and free fatty acids are modulated by policosanol in CaCo-2 intestinal cells. J Am Coll Nutr. 2011
[4] Lee JY, et al. Effects of long-term supplementation of policosanol on blood cholesterol/glucose levels and 3-hydroxy-3-methylglutaryl coenzyme a reductase activity in a rat model fed high cholesterol diets. Food Sci Biotechnol. 2016
[5] Gouni-Berthold I, et al. Policosanol: clinical pharmacology and therapeutic significance of a new lipid-lowering agent. Am Heart J. 2002
[6] Mollace et al, Hypolipemic and hypoglycaemic activity of bergamoit polyphenols from animal model to human studies (Department of pharmacobiological Sciences, University Magna Graecia, Italy) (2010)
[7] Goldberg AC, et al. Fat-free foods supplemented with soy stanol-lecithin powder reduce cholesterol absorption and LDL cholesterol. J Am Diet Assoc. 2003
[8] Rua Carolina Fonseca, Influence of soy lecithin administration on hypercholesterolemia / Department of Pharmacy, Camilo Castelo Branco University, São Paulo, SP, Brazil.

4 1 voter
Évaluation de l'article

2 Commentaires
le plus récent
le plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
Pascal Leduc
1 mois il y a

Bonjour,
J’utilise depuis un an la levure de riz rouge avec succès (dosages réguliers le confirmant) en remplacement des satines chimiques concourant pour moi à des douleurs musculaires invalidantes. Certes la levure de riz rouge est une statine naturelle mais je pense que quelque chose échappe aux spécialistes dans le mécanisme d’action des molécules de synthèse comme des molécules naturelles. Le raisonnement..c’est bien mais le résultat c’est mieux et pour satisfaire la connaissance il faudrait faire une étude des résultats sur les personnes utilisatrices de la levure de riz rouge accompagnée d’autres molécules variables selon les laboratoires d’ailleurs.
Enfin la diététique est un poncif éculé pour le cholestérol comme pour d’autres affection. Bien sûr les excès alimentaire sont toujours à bannir mais penser qu’ un déréglement fonctionnel est résolvable par la diététique n’est qu’une errance supplémentaire dans la croyance……

Herrera
1 mois il y a

Avec un cholestérol relativement élevé et un stent sur mon iva … je ne prends plus de statines ( crampes insupportables ) ni d’aspirine….
Mon seul remède…. la montagne…! Une fois par semaine…..
Évidemment à 80 ans je me limite à des dénivelés n’excédant pas 600 m environ .
Eh bien … pour l’instant, tout va bien ….