Le régime à essayer en cas d’épilepsie

Le régime à essayer en cas d’épilepsie

Pour les personnes qui voient leurs crises d’épilepsie résister aux médicaments, la vie peut vite devenir un enfer.

Cela se comprend.

Lorsque l’on a tout essayé et que le mal persiste, on finit par perdre espoir et même, parfois, par se sentir abandonné par la médecine.

Pourtant, un régime alimentaire particulier semble donner de bons résultats : le régime cétogène.

Une piste sérieuse, surtout pour les enfants

Alors que je rédigeais une lettre sur l’épilepsie, une étude parue en 20201 a retenu toute mon attention.

Elle compilait et analysait 13 protocoles différents basés sur le régime cétogène, pour un total de 932 participants, sur des durées allant de 2 à 16 mois.

Les résultats obtenus ont montré que ce sont surtout les enfants (jusqu’à 18 ans) qui bénéficient des effets positifs du régime cétogène, puisqu’ils ont, en moyenne, jusqu’à trois fois plus de chances de ne plus avoir de crises et jusqu’à six fois plus de chances de voir la fréquence de leurs crises diminuer de 50 % !

De plus, il a été mis en avant que les enfants suivant un régime cétogène sont plus actifs, plus productifs et moins anxieux.

Concernant les adultes, aucun n’a pu bénéficier d’une absence de crise pendant la durée du protocole, mais ils étaient toutefois jusqu’à cinq fois plus susceptibles de voir la fréquence de leurs crises réduite de moitié.

Un régime cousin du jeûne

Passer par l’alimentation pour calmer l’épilepsie ne date pas d’hier.

Entre 1910 et 1921, c’était le jeûne thérapeutique qui était utilisé à cette fin dans de nombreux hôpitaux, notamment aux Etats-Unis.

Mais malheureusement, si jeûner portait ses fruits, dès que les patients reprennaient une alimentation normale, les crises ressurgissaient de plus belle.

Or, il n’était pas possible de les faire jeûner indéfiniment.

L’une des particularités du jeûne est qu’il provoque dans l’organisme un état de cétose.

C’est une parade qui lui permet, lorsqu’il n’a plus de glucose pour lui fournir de l’énergie, de puiser dans les réserves de graisses du corps.

Ainsi, en 1921, le docteur Russell Wilder, qui exerçait alors à la Mayo Clinic dans le Minnesota, en vient à supposer qu’un régime gras, sans sucre, et donc favorable à la cétose, pourrait remplacer avantageusement le jeûne pour les personnes atteintes d’épilepsie.

Car si priver le cerveau de sucre semble être la clé, il faut bien que le corps trouve d’autres sources d’énergie.

Bingo !

Ça fonctionne !

Ainsi est né le régime cétogène.

En quoi consiste le régime cétogène ?

Pratiquer le régime cétogène revient à consommer moins de 30 grammes de sucre par jour, ce qui fait survenir l’état de cétose au bout de 3 à 7 jours seulement.

Il faut donc proscrire toute source de sucres, qu’ils soient lents ou rapides, comme :

  • Les pâtes, le pain, le riz, les pommes de terre et les céréales dans leur ensemble ;
  • Les légumes secs riches en amidon : comme les haricots, les pois, les lentilles, etc. ;
  • Les fruits ;
  • Toutes les sucreries : comme les pâtisseries, les viennoiseries, les bonbons, les desserts sucrés, les produits à base de miel, etc.

En revanche, il faut privilégier :

  • Les poissons gras, la viande et les œufs ;
  • Les légumes verts, comme par exemple l’avocat, pauvre en glucides et riche en bon gras, qui est idéal dans le cadre d’un régime cétogène ;
  • Les fruits à coque (oléagineux) ;
  • Certains produits laitiers comme le fromage, la crème fraîche ou le yaourt à la grecque ;
  • Et bien entendu toutes les bonnes huiles pourvues en oméga 3, comme celles de lin, de colza, de noix, etc.

Idéalement, le régime cétogène se compose de 65 à 75% de lipides, pour 15 à 30% de protéines, le tout complété par une petite dose de glucides, si possible amenée par quelques fruits.

Les limites de ce régime

Mais comme tout régime, le régime cétogène a ses avantages et ses inconvénients.

Il n’est pas sans danger.

Il convient par conséquent de faire part à votre médecin de votre intention d’entamer un tel régime afin qu’il juge s’il est compatible ou non avec votre état de santé.

Cela d’autant plus si vous prenez des médicaments anti-épileptiques ou si vous êtes diabétique.

Il est déconseillé de suivre un régime cétogène en cas de pancréatite (inflammation du pancréas) ou de maladie du foie.

Les premières semaines peuvent être stressantes et provoquer quelques désagréments comme de la fatigue, des maux de tête, de la constipation ou encore des palpitations.

Les moments les plus pénibles se manifestent généralement au cours de la première semaine et tendent à disparaître après 4 semaines.

Le régime cétogène étant restrictif, des carences peuvent survenir.

Je vous recommande donc de veiller à bien équilibrer vos repas chaque jour en privilégiant les graines oléagineuses (noix, amandes, noisettes, etc.), qui sont bien pourvues en calcium et en magnésium, ainsi que les légumes verts, qui sont des sources d’oligo-éléments essentiels.

La durée d’un régime cétogène ne répond à aucune règle ; aucune étude ne donne d’indications précises à ce sujet.

Le mieux, en cas d’épilepsie récalcitrante, est de vous fier à vos sensations et à l’expérimentation.

Pour certains, quelques mois peuvent suffire à régler le problème, parfois même définitivement, tandis que d’autres constateront peut-être que leurs crises reviennent dès qu’ils mettent un terme au régime.

A vous de faire des tests pour voir si une alternance entre le régime cétogène et une alimentation classique vous convient ou si vous devez constamment observer un régime strict sans sucre.

Vous pouvez aussi essayer de déterminer quelle quantité de sucre vous pouvez prendre sans que cela provoque de nouvelles crises.

N’oubliez pas, chaque cas est particulier.

Un menu cétogène typique

Pour vous faire une idée de ce qu’est une journée type dans l’alimentation cétogène, voici un exemple de menu :

Le matin

  • Œufs brouillés, bacon, et thé vert sans sucre.

A midi

  • En entrée, une salade d’endives avec noix, avocat, et roquefort.
  • Comme plat principal, un confit de canard avec des haricots verts.
  • En dessert (facultatif), du fromage blanc frais avec un filet de miel.

Au goûter

  • Une poignée d’amandes et deux carrés de chocolat noir à 70%.

Le soir

  • Une salade de roquette assaisonnée à l’huile d’olive, au citron et/ou au vinaigre de cidre.
  • Des filets de maquereaux grillés accompagnés de tomates-mozzarella.
  • Une part de fromage de chèvre.
  • Une part de carrot-cake, dont voici la recette :

Ingrédients :

  • 300 g de carottes râpées
  • 5 œufs
  • 200 g de beurre
  • 150g de farine d’amande
  • 50g de noix de coco râpée
  • 2 cuillère à café de levure
  • 1 cuillère à café de gingembre en poudre
  • Quelques gouttes de vanille liquide
  • 200g de mascarpone
  • Quelques gouttes de vanille liquide
  • 50g de noix de pécan concassées

Commencez par faire fondre le beurre. Parallèlement, battez les œufs dans un saladier, ajoutez-y le beurre fondu et tous les autres ingrédients : les carottes râpées, la farine d’amande, la noix de coco râpée, la levure, le gingembre et la vanille.

Mélangez bien jusqu’à former un mélange homogène. Placez la pâte dans un moule beurré et enfournez pour 40 minutes à 180°C.

Pendant ce temps, préparez le glaçage en mélangeant le mascarpone et la vanille liquide

Une fois le gâteau cuit, nappez-le avec le glaçage et parsemez le tout de noix de pécan concassées.

Bon appétit !

Avez-vous déjà testé le régime cétogène pour contrer les crises d’épilepsie ? J’attends vos retours en commentaires.

Naturellement vôtre.

Stéphane Morales pour Eric Müller

Sources:

[1] Sourbron J, et al. Ketogenic diet for the treatment of pediatric epilepsy: review and meta-analysis. Childs Nerv Syst. 2020

0 0 votes
Évaluation de l'article

1 Commentaire
le plus récent
le plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
Gil
1 mois il y a

J’aimerai comprendre: le régime cétogène c’est absorber le moins de sucre possible, OK. Alors pourquoi conseiller « un filet de miel dans le fromage blanc »!? il n’y a pas d’aliment qui contienne plus de sucre que le miel, surtout que le fromage blanc ou yaourt peut très bien s’avaler sans sucre. et le chocolat noir: pourquoi 70 % de cacao, sachant que dans les 30% il restera du sucre. il faut conseiller du 90%, voir 100 % cacao, si on veut être vraiment céto…