Le jour où j’ai cru perdre la vue

Le jour où j’ai cru perdre la vue

Chère lectrice,
Cher lecteur,

J’ai le plaisir de vous annoncer qu’aujourd’hui et dans les prochaines semaines, mon ami Stéphane Morales m’assistera dans la rédaction de votre newsletter Néo-Nutrition.

Rédacteur de grand talent et naturopathe de formation, Stéphane vous explique dans son premier message comment agir contre les migraines ophtalmiques, trouble impressionnant dont il a lui même beaucoup souffert. Je vous souhaite une bonne lecture.

Bien à vous,

Eric Müller


Chère lectrice,
Cher lecteur,

Au beau milieu d’une après-midi comme les autres, une petite tache lumineuse et scintillante est apparue dans mon champ de vision, suivie de formes géométriques assez étranges qui se sont mises à clignoter.

J’ai commencé à vraiment m’inquiéter lorsque mon champ de vision s’est considérablement réduit ; je ne voyais plus sur les côtés !

Ce jour-là, croyez-moi, j’ai vraiment paniqué.

Pourtant, j’avais affaire à quelque chose d’assez courant.

Douloureux, mais sans danger pour la santé !

Je m’apprêtais à appeler les urgences lorsque les phénomènes se sont calmés.

Je me demandais encore ce qui avait bien pu se passer lorsqu’une migraine comme je n’en avais encore jamais eu est venue me prendre la tête dans un étau.

Après cinq bonnes minutes d’angoisse suite à mes troubles visuels, voilà que je devais supporter un mal de crâne terrible… qui a duré une heure !

Ce n’est qu’après avoir interrogé un ami médecin que j’ai pu mettre un nom sur ce que je venais de vivre.

Les troubles visuels aussi bien que le mal de tête qui s’en est suivi étaient l’expression d’un même trouble : une migraine ophtalmique (également appelée « migraine accompagnée » ou « migraine avec aura).

9 causes possibles des migraines ophtalmiques

Les migraines ophtalmiques peuvent toucher tout le monde sans qu’il y ait de raisons particulières.

Même s’il n’est pas vraiment compris, ce type de migraine pourrait être déclenché par certains facteurs comme :

  • une exposition à une lumière trop vive,
  • une exposition à un environnement bruyant,
  • le stress, l’anxiété,
  • la chaleur,
  • le manque ou l’excès de sommeil,
  • les règles chez la femme,
  • certains aliments comme le chocolat ou les produits laitiers,
  • l’hérédité.

Cela n’a pas été mon cas mais une migraine ophtalmique peut aussi provoquer des nausées, des troubles de la parole, ou des troubles moteurs passagers (entre 5 minutes et une heure pour les cas les plus extrêmes).

Lorsque cela se produit on peut craindre quelque chose de plus grave comme un AVC. Alors, si ces troubles sont accompagnés d’une paralysie faciale ou d’un membre appelez immédiatement le SAMU, mieux vaut prévenir que guérir.

Hormis cette situation particulière qui n’a rien à voir avec une migraine ophtalmique, sachez que celles-ci ne sont pas dangereuses.

Elles ne constituent pas non plus une fatalité.

Si cela vous arrive, ne paniquez pas et souvenez-vous de ces quelques mesures simples qui permettront de soulager la crise.

Les premiers gestes pour limiter les dégâts

Lorsque l’une de ces migraines se produit pour la première fois, la crainte de souffrir de quelque chose de grave aurait tendance à nous mettre dans un état de stress et d’affolement bien légitime.

Pourtant c’est tout l’inverse qu’il nous faut.

La première chose à faire est de rester calme et de s’allonger dans le noir et le silence le plus complet.

Ensuite, il faut veiller à bien respirer et à se détendre au maximum.

Inspirez profondément, puis expirez lentement trois fois de suite, tout en restant concentré uniquement sur votre respiration.

Massez-vous les tempes avec un peu d’huile essentielle de lavande vraie (une ou deux gouttes pures sur le bout des doigts et procédez à un massage lent et circulaire).

Lorsque les maux de tête apparaissent, passez un gant d’eau bien froide sur votre front, vos tempes et votre nuque.

Cela aura pour effet de resserrer les vaisseaux de votre crâne qui sont dilatés lors de la phase migraineuse.

Et surtout, restez au calme jusqu’à la disparition des symptômes.

Quelques compléments alimentaires pour contrer la crise

Étant donné qu’il n’existe pas d’origine précise à ces migraines ophtalmique, il est difficile de couper le mal à la racine.

Mais en tant que naturopathe, mon expérience me laisse à penser que le stress est l’une de leurs causes les plus fréquentes.

J’ai en effet eu l’occasion de recevoir plusieurs clients qui souffraient de ce type de migraines et c’est justement en agissant sur ce facteur que les épisodes ont fini par s’espacer voire disparaître.

Je vous suggère de commencer par une cure de magnésium qui vous aidera à vous détendre tant physiquement (en décontractant vos muscles), que psychiquement (en diminuant la sécrétion de noradrénaline, l’une des hormones du stress)[1].

Le malate de magnésium

Hautement biodisponible et parfaitement assimilable par l’organisme, il présente peu d’effets indésirables sur le système digestif.
La posologie est de 500 à 1500 mg par jour dans le cadre d’une cure d’un mois.

Le glycinate de magnésium

Il s’agit de l’une des formes les plus biodisponibles et absorbables de magnésium, tout en étant parmi celles qui provoquent le moins de problèmes gastro-intestinaux.

Les doses sont les mêmes que pour le malate, soit 500 à 1500 mg par jour pendant un mois.

Vous pouvez également compléter cette cure de magnésium par quelques huiles essentielles.

Je pense particulièrement à celle de lavande vraie.

Vous pouvez la diffuser chez vous et/ou en mettre quelques gouttes sur votre oreiller le soir avant de vous coucher.

Vous pouvez également vous massez le plexus solaire et la plante des pieds avec 10 gouttes diluées dans une cuillère à café d’huile végétale.

Attention cependant, l’huile essentielle de lavande est déconseillée aux femmes enceintes ainsi qu’aux enfants de moins de 12 ans.

Et si la recherche n’a, pour le moment, pas trouvé de solution miracle contre les migraines ophtalmiques, le rôle bénéfique de certaines vitamines a néanmoins été mis en avant[2].

Il s’agit des vitamines du groupe B (B2, B6, B9 et B12) et de la vitamine C.

Une cure de temps en temps me semble donc tout à fait judicieuse.

Le mieux est de prendre un complexe[3] de vitamines B, (en général prévu pour deux mois de cure à raison d’un comprimé par jour) et de compléter avec de la vitamine C naturelle.

Pour cela, je vous conseille de vous orienter vers les gélules de feuilles de moringa séchées, qui contiennent 16 fois plus de vitamine C que les oranges (790 mg contre 47,5 mg), les comprimés d’acérola ou le jus d’argousier, pour une solution encore plus naturelle.

Les bons gestes anti-migraines

En dehors de ces compléments alimentaires, la réduction de votre stress passe aussi par des habitudes simples à adopter au quotidien.

Pensez à vous préparer une infusion de camomille avant d’aller vous coucher.

Cela peut paraître tout simple, mais une grande tasse de tisane avant de dormir fait toujours de l’effet.

Souvenez-vous aussi que lorsque l’on est anxieux, l’activité physique est un excellent remède pour retrouver la sérénité.

En mobilisant tout son corps, l’énergie employée à ruminer est dérivée à bon escient dans les muscles, les pensées déstabilisantes sont mises en veilleuse, des endorphines sont sécrétées, l’esprit est allégé, la bonne humeur revient…

Cela s’avère être aussi bénéfique que certains médicaments, tout en étant gratuit et sans effets secondaires si ce n’est un peu de sueur et au pire quelques courbatures !

Pour observer des effets durables, l’idéal est de pratiquer trois à quatre fois par semaine, durant au moins 40 minutes, l’activité de votre choix en fonction de votre forme physique.

Sinon, selon de nombreuses études qui en vantent les bénéfices[4], la cohérence cardiaque est aussi un bon moyen de calmer le système nerveux.

La méthode peut se résumer par le chiffre « 365 », moyen mnémotechnique pour se rappeler que cette technique se pratique 3 fois par jour, 6 respirations par minute, pendant 5 minutes.

Il vous suffit d’inspirer pendant 5 secondes et expirer également pendant 5 secondes (en comptant lentement jusqu’à 5).

Cette méthode présente l’avantage de se pratiquer n’importe où (au bureau, dans les transports, dans une file d’attente…), tant assis que debout.

Enfin, j’insiste sur le fait que pour apaiser le mental il est nécessaire de se couper au maximum des écrans dont la lumière bleue et la somme d’informations qu’ils diffusent fatiguent autant le mental que la vue.

Aussi, si vous êtes sujet à ce genre de migraines, mettez de côté les ordinateurs, la télévision, les smartphones dès que vous le pouvez, au profit d’activités relaxantes plus conviviales comme les balades dans la nature, les jeux de société, une pratique artistique, ou tout simplement un bon repas entre amis.

N’hésitez pas à échanger avec moi sur ce sujet et les suivants, votre avis m’est précieux.

D’ici là prenez soin de vous.

Naturellement vôtre.

Stéphane Morales pour Eric Muller et la lettre Néo-Nutrition

Sources:

[1] https://www.naturamind.com/blog/magnesium-un-remede-naturel-contre-le-stress-et-l-anxiete-n63

[2]Shaik MM, Gan SH. Vitamin supplementation as possible prophylactic treatment against migraine with aura and menstrual migraine. Biomed Res Int. 2015

[3]https://www.onatera.com/FR/fr/produit-vitamines-b-complexe-integral-60-comprimes-orfito

[4]McCraty R, et al. Cardiac coherence, self-regulation, autonomic stability, and psychosocial well-being. Front Psychol. 2014

5 2 votes
Évaluation de l'article

6 Commentaires
le plus récent
le plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
FATH
1 mois il y a

Vous me harcelez avec vos mails innombrables Je vous ai demandé à plusieurs reprises d’arrêter vos envois RIEN A FAIRE Vous pensez avoir le droit d’entrer chez moi par effraction Votre culot est indigne j’en ai assez de vos publications que je ne lis pas ,qui ne m’intéressent pas Cela vous dépasse tant vos pensez détenir des vérités absolues Alors pour la dernière fois je vous demande de me rayer de votre liste ,sachant que je ne vous demande rien ,que je ne suis abonnée à rien STOP STOP STOP

Éditeur
Mellie Junod
24 jours il y a
Reply to  FATH

Bonjour,

Nous avons bien reçu votre message.
Cependant, nous n’avons pas pu identifier votre dossier avec les éléments que vous nous avez transmis.
Nous vous invitons à contacter notre service clientèle via le formulaire de contact à l’adresse suivante :
https://www.neo-nutrition.net/contactez-nous/

Cordialement.

HARMELIN
1 mois il y a

Et sans être indiscret (secret médical ?), M. Morales peut-il nous dire pourquoi il a connu cette migraine ophtalmique à ce moment-là ? Etait-il particulièrement stressé ? Son environnement était-il trop lumineux, bruyant ou chaud ? Manquait-il de sommeil ? Venait-il de manger 2 tablettes de chocolat ?

Stéphane Morales
1 mois il y a
Reply to  HARMELIN

Bonjour Harmelin, merci pour votre commentaire. Je n’ai pas de certitudes quant au déclenchement de cette première migraine avec aura mais il s’agissait effectivement d’une période stressante pour moi.

Bien à vous.

Stéphane

David Langdon
1 mois il y a

Bonjour. Merci pour votre excellent article Peut-être mon expérience personnelle pourrait-elle vous intéresser. Depuis au moins trente ans il m’arrive fréquemment d’éprouver le phénomène des scintillements visuels que vos décrivez. Cela dure une vingtaine de minutes et s’en va peu à peu vers la droite ou la gauche. Ce processus s’accompagne d’une sensation de fatigue, mais je n’ai jamais eu de migraine. Le regretté John Sarno parle de ce genre de phénomène dans son livre « Healing Back Pain » (Guérir le mal de dos), 1991, p. 165. Sarno avait souvent eu ce problème de « lights » (lumières) suivis d’une migraine, mais un beau jour il a réussi, en réfléchissant à une possible cause psychologique, à supprimer la migraine. Par la suite, dit-il, il a continué à voir les « lumières », mais n’a plus eu de migraine.

Pattyn
1 mois il y a
  • Ce type de migraine m’arrive de temps en temps et dès que je la sens arriver je prends 5 granules homéopathiques de Gelsemium et les symptômes disparaissent en l’espace de 5 minutes