Comment détruire le capital santé de nos enfants avec le masque

Cela fait des semaines que je vous alerte sur les risques du port du masque. Et je suis soulagé de voir que des études récentes corroborent enfin ces faits. Malheureusement, celles qui pourraient vraiment changer les choses, ne sont pas près d’être rendues publiques.

C’est le cas de cette étude danoise qui a analysé l’efficacité du port du masque sur
6 000 personnes [1]. Trois grandes revues scientifiques viennent déjà de refuser de publier les résultats, sans en préciser réellement les raisons. Selon les auteurs, leurs conclusions sont (trop) controversées

Entre nous, on sait ce qu’on nous cache : leurs résultats vont clairement à l’encontre des directives prises par nos dirigeants. Aurions-nous peur de reconnaître que la politique du masque obligatoire était une erreur au point de censurer les études qui montrent les limites, voire les dangers de cette mesure ? 

Et en attendant, le gouvernement rend le masque obligatoire à partir de 6 ans…[2]

Une mesure sidérante !

Depuis le début de l’épidémie, les enfants âgés entre 6 et 11 ans sont moins contagieux que les adultes. Ils développent rarement une forme sévère de la COVID-19. Et 70% des enfants infectés sont asymptomatiques [3].

Le masque affecte-t-il les poumons des enfants ?

Depuis sa mise en place, cette nouvelle mesure suscite de vives réactions auprès des parents et des professionnels de santé.

À juste titre, puisque nous n’avons aucun recul concernant les risques du port du masque chez les jeunes enfants. 

Et à 6 ans, les poumons sont toujours en train de se former [4]. Ils ne sont pas totalement fonctionnels pour lutter contre des agresseurs extérieurs.

C’est donc de l’inconscience de vouloir leur faire respirer quotidiennement des substances chimiques. Nous pouvons même nous demander si cela ne pourrait pas créer de nouvelles maladies pulmonaires infantiles.

Et soyons honnête : c’est déjà compliqué pour nous, adultes, de bien le porter. Une fois sur deux, nous oublions notre masque dans notre manteau, nous ne pensons pas à nous désinfecter les mains avant de le retirer ou encore à le changer dès qu’il est humide. Autant de mauvaises manipulations qui rendent le masque inutile voire même qui favorisent la contamination [5].

Cela semble donc complètement aberrant de demander une telle rigueur à des enfants qui sont à peine capables d’attendre leur tour pour s’exprimer.

Et n’oublions pas que nous avons pris l’habitude d’enlever notre masque dès que nous en ressentons le besoin. Mais lorsque votre enfant est à l’école, il n’a pas cette liberté, sauf au moment du repas. Et pendant les 7 heures qui restent, il est contraint d’apprendre à lire et à compter, sans possibilité de le retirer. 

Quand le masque détériore
la santé mentale de nos enfants

Un autre aspect à considérer : l’impact psychologique. Car oui, c’est traumatisant pour un enfant de devoir respirer à travers un bout de tissu [6]. C’est aussi déstabilisant pour eux de ne pas pouvoir lire les expressions du visage de leur maîtresse et de leurs camarades. Et c’est stressant de se faire
« gronder » si on oublie de le porter, et de se voir refuser de l’enlever malgré le fait d’avoir l’impression d’étouffer.

La Société Française de Pédiatrie a tiré la sonnette d’alarme. Elle souhaite que des mesures assouplies et raisonnables soient instaurées afin de préserver la santé mentale des enfants [7].

Selon Alexandra Flouris, psychologue hospitalière, Pédiatrie, GHU site Bicêtre, APHP, un enfant à qui on impose de telles restrictions anxiogènes, peut développer des troubles psychologiques et comportementaux importants. Au mieux, il s’agite et demande plus d’attention. Au pire, il s’inhibe, perd l’estime de lui-même et devient anxieux voire dépressif [8-9]

Des conséquences graves qui remettent grandement en question les décisions prises lors du renforcement du protocole sanitaire dans les écoles.

Car nos enfants dans l’histoire : qu’ont-ils vraiment à y gagner ? Si ce n’est de vivre dans la peur de contaminer quelqu’un ou de toucher quelque chose de contaminé ?

Certes la rapidité de propagation nous concerne tous, mais c’est aussi de notre devoir de préserver la santé générale et le bon développement des futures générations.  

Bien à vous,

Eric Müller

P.S. Vous aussi, vous êtes consternés par de telles mesures absurdes ? Vous pouvez agir en signant cette pétition qui demande expressément au gouvernement de retirer l’obligation du port du masque pour les enfants de 6 ans et plus. Cliquez-vite ici. Plus nous serons nombreux, plus nous arriverons à nous faire entendre.

*Anses : Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail.





Consulter les sources :

Sources :

       1. Medical Journals Refuse To Publish Landmark Danish Mask Study,  Lockdown Sceptics.

  1. Informations Coronavirus, Gouvernement.fr
  2. Spread of SARS-CoV-2 in the Icelandic Population, Daniel F. Gudbjartsson, Ph.D., Agnar Helgason, Ph.D.,Hakon Jonsson, Ph.D., Olafur T. Magnusson, Ph.D., Pall Melsted, Ph.D., Gudmundur L. Norddahl, Ph.D., Jona Saemundsdottir, B.Sc., Asgeir Sigurdsson, B.Sc., Patrick Sulem, M.D., Arna B. Agustsdottir, M.Sc., Berglind Eiriksdottir, Run Fridriksdottir, M.Sc., et al., The New Journal of Medecine.
  3. Protégeons les poumons de nos enfants !, Professeur Jacques de Blic, Chef de Service de Pneumologie et Allergologie Pédiatriques de l’Hôpital Universitaire Necker-Enfants malades, Fondation du souffle.
  4. Comment un masque mal porté augmente vos risques de contracter le virus, lettre du 29/09/2020.
  5. Port du masque : un risque pour le développement des enfants ?, Cocline Daclin, RTL.
  6. Coronavirus Covid-19, Société Française de Pédiatrie.
  7. Masque obligatoire dès 6 ans : quelles conséquences psychologiques pour les enfants ?, Allodocteur.
  8. Port du masque à 6 ans : avons-nous perdu (l’âge de) raison ?, Par Alexandra Flouris, psychologue hospitalière, Pédiatrie, GHU site Bicêtre, APHP , Emmanuelle Lacaze, psychologue spécialisée en neuropsychologie, Service de Neuropédiatrie, Hôpital Trousseau, APHP , Stéphanie de Bournonville, neuropsychologue, Pédopsychiatrie, Fondation Vallée et psychologue pour enfants-adolescents en libéral , Christelle Landais, psychologue clinicienne, psychanalyste, en Institut Médico-Educatif et en libéral et Marine Schmoll , psychologue clinicienne en établissements d’accueil de jeunes enfants et en libéral.

Crédit : Juanmonino – Istockpho.com


7 réponses à “Comment détruire le capital santé de nos enfants avec le masque”

  1. Joseph Berenbach dit :

    J’ai le témoignage de deux amies légèrement asthmatiques qui constatent que lorsqu’elles portent le masque de type chirurgical, elles n’arrêtent pas de tousser et suffoquer ensuite. J’en ai été témoin. Elles ne supportent pas non plus les gaz de diesel. Ces gens là sont en fait des détecteurs ultra sensibles de produits allergisants (voire dangereux). Chez nous ces produits agissent aussi mais on ne s’en aperçoit pas. C’est donc qu’il y a des risques aussi pour tous. Tous les produits textiles neufs contiennent plein de substances chimiques qui provoquent des allergies sur la peau quand on est sensible (j’en ai l’expérience personnelle). Alors là c’est pire quand on respire à travers.

  2. Damezin Monique dit :

    Bon, OK, le masque, ce n’est pas bien. Le confinement non plus. Mais alors, que faisons-nous ?

  3. Beaumont dit :

    Nous sommes plusieurs milliers sur les réseaux sociaux à nous battre contre cette mesure…
    Malheureusement, il y a de la censure, bcp de censure… 2 groupes (15.000 et 2.000 personnes) viennent d’être fermés sans avertissement…
    Il y a une autre pétition qui atteint 193.000 signatures…
    https://www.mesopinions.com/petition/enfants/port-masque-6-ans/112026

  4. Jauze Baloy dit :

    Il faut arrêter de voir la fin du monde partout !
    Des effets néfastes probablement, Mais il faut bien évaluer le Bénéfice/Risque . L’exagération nous fait vite tomber dans le complotisme. Et on perd beaucoup en crédibilité …. (vous aussi !) . Comme vous le conseillez par ailleurs, restons ZEN…
    Nos dirigeants font beaucoup d’erreurs certes, balancés par des avis d’experts contradictoires, mais je ne peu pas croire qu’ils cherchent systématiquement à nous assassiner !!!

  5. de Bellevue dit :

    Merci pour cette lettre et ce lien vers la pétition ! Je vous en remercie !
    Pour vous et vos lecteurs un documentaire sort demain HOLD-UP de Pierre Barnérias et Christophe Cossé! Vous verrez comme vous avez raison et vous apprendrez la vérité sur ce qui se passe …. #résistance !!!!

  6. Dulau dit :

    Je vais me désabonner aujourd’hui
    Autant je peux entendre que le port du masque chez les petits est peut-être inutile, voire dangereux, autant je n’accepte pas les formulations genre théorie du complot  » on nous cache » etc
    C’est insupportable et tellement facile de critiquer sans apporter de solution viable. En tt cas, jeter le doute de manière suspicieuse sur les intentions du gouvernement par exemple est pour moi désormais inacceptable. Je ne participerai pas à une opération de ce genre

  7. Elke de Aanke dit :

    Bonjour, je voudrais partager mon expérience personnelle au sujet des masques : mesure de la saturation en O2 avant et après le port d’un masque chirurgical pendant plusieurs heures avec activité nette, même mesure à 99 %. Reprise des mêmes mesures avec un masque FFP2 aucune modification de la saturation en O2. La sensation d’étouffer, à mon avis tient au fait que l’on inspire de l’air réchauffé du fait de l’expiration.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *